Enurésie, un trouble assez fréquent chez les enfants

L’énurésie est un trouble fréquent chez les enfants étant donné qu’elle touche presque 10 % des enfants de 5 à 8 ans. 1 à 2 % des jeunes dans les 15 ans peuvent même être concernés. En effet, la nombreux sont les enfants qui arrivent à contrôler leur vessie le jour, mais pas nécessairement la nuit. L’énurésie nocturne est un phénomène passager et bénin qui finit toujours par disparaitre, mais cela peut prendre quelques mois, voire quelques années.

Les causes de l’énurésie nocturne

Les causes de l’énurésie nocturne

L’énurésie peut être continue ou survenir quelques temps après une période de propreté souvent suite à un moment de stress, de choc émotionnel ou de trouble affectif.

Dans la plupart des cas, il peut s’agir d’un divorce, de l’arrivée d’un deuxième enfant ou d’un déménagement. L’énurésie peut également être causée par un problème physique comme un trouble hormonal, une infection urinaire à répétition ou une malformation de la vessie.

Grand nombre de chercheurs affirment également que l’énurésie nocturne peut provenir des antécédents parentaux. En effet, si un des deux parents a eu du mal à cesser de faire pipi au lit durant son enfance, il est fort probable que l’enfant soit lui aussi touché par de troubles similaires.

Quelques conseils pour éviter l’énurésie

Quelques conseils pour éviter l’énurésie

Si vous souhaitez éviter que votre enfant fasse pipi au lit, vous devez prendre certaines précautions. Tout d’abord, assurez-vous qu’il boive beaucoup pendant la journée et moins le soir. En choisissant de l’hydrater régulièrement toute la journée, vous éviterez qu’il ait soif au coucher. Et surtout, évitez de lui donner des boissons sucrées ou gazeuses. Il faudra aussi prendre l’habitude de lui rappeler d’aller aux toilettes et de bien vider sa vessie avant d’aller se coucher.

Surtout évitez de rabaisser votre enfant lorsqu’il mouille son lit. C’est injuste de lui asséner que faire pipi au lit n’est plus de son âge étant donné qu’il ne le fait pas exprès. Vous devez savoir que lui aussi en souffre. Dans ce cas, il est inutile de le culpabiliser car son estime de soi peut en être affectée. La meilleure chose à faire est de trouver un moyen de l’impliquer dans le traitement de ce trouble. Pour ce faire, commencez par proscrire les couches, car elles vont déresponsabiliser votre enfant. Il ne prendra pas la peine d’instaurer un réflexe de réveil même s’il a envie d’uriner. Si l’enfant est déjà en âge de faire la lessive, n’hésitez pas à le responsabiliser en lui faisant participer au lavage des draps et du pyjama le matin. Vous pouvez même vous servir d’une « thérapie par la motivation ». Par exemple, vous pouvez mettre en place une « météo du pipi » et lui faire dessiner un soleil lorsqu’il n’a pas mouillé son lit et un nuage quand il y a eu pipi au lit. Ainsi, il sera plus motivé d’avoir des soleils que des nuages.

Par ailleurs, il est important que votre enfant puisse se réveiller à temps. Il doit sortir de son lit dès qu’il sent qu’il a envie de faire pipi. Pour cela, il est essentiel de favoriser un sommeil régulier et stable à la fois. Surtout, assurez-vous qu’il dorme assez tôt. S’il a peur du noir, une des raisons qui peuvent l’empêcher de se lever la nuit pour aller faire pipi, pensez à installer une petite veilleuse dans la chambre. Si sa chambre se trouve loin des toilettes, n’hésitez pas à mettre un pot près de son lit. Par contre, il ne faut pas le réveiller toutes les 2 à 3 heures pour qu’il aille faire pipi. En effet, ce genre de mesure peut entrainer des troubles de sommeil plus graves.