L’actu people, pourquoi en raffole-t-on autant ?

En première position dans les habitudes de lecture des Français, la presse people est souvent critiquée et montrée du doigt. Avec de plus en plus de publications disponibles pour le grand public, elle a réussi à trouver des lecteurs fidèles. Mais qu’est-ce qui la rend réellement si captivante ?

Il est bien permis de rêver non ?

Métro, boulot, dodo. Pour la plupart d’entre nous, la routine s’est installée et tenter de la contourner relève souvent de l’exploit. Le stress, les obligations, les contrariétés, au quotidien, nous sommes tous soumis à la pression.

Même si la plupart d’entre nous refuseront de l’avouer, nous sommes plusieurs à cliquer sur un lien relatant la dernière bourde de Justin Bieber, les photos de vacances d’hiver des Kardashian, la dernière tenue de Meghan Markle ou encore l’évolution de la saga entre Brad et Angelina. Disons-le, la vie des stars fait rêver et nombreux sont ceux qui se projettent dans ce tourbillon incessant de soirées à bord de yachts, de voyages aux quatre coins du monde et de tenues de créateurs.

De la légèreté et de l’insouciance 

Les magazines people sont très prisés des 15-35 ans. Presque tout le monde apprécie de découvrir l'actualité people et les tendances des réseaux sociaux. Avec des nouvelles nationales et du monde pas très enthousiasmantes (chômage, grèves, attentats, etc.), les lecteurs ont besoin d’évasion, d’insouciance, de se rassurer. Cet intérêt qui peut s’assimiler à du voyeurisme est cependant ce vers quoi se tourne la majorité d’entre nous. En deux clics ou à l’angle d’un kiosque à journaux, on peut avoir des nouvelles des personnalités du monde entier.

Mariage, divorce, cure de désintox, bébés, nouvelle coupe de cheveux, régime miracle, les buzz se succèdent et ne se ressemblent pas. La presse people l’a bien compris, pour tenir en haleine son public, il suffit de lui apporter ce qu’il demande, une manière de s’évader de son quotidien et de vivre par procuration les tribulations des célébrités.

Leave a Comment: